Fil de navigation

Logo UNSA FPCT FORMCO du 8 JUILLET 2020UNSA Agrifor


 


Télécharge le compte rendu complet ICI                            

 

CT présidé par Mme Venet-Lopez, SRH

 

Représentaient l'administration :
Pour le SRH : Stéphanie Frugère : SRH / SDPRS - Eric Perrot : SRH / Bureau formation continue et développement des compétences ;
Pour la DGAL : Denis Debat - Pour la DGER : Sébastien VIAL
Pour la DPMA : Vincent Jannier-
Pour INFOMA : Anne KOSMALA-NOBLET
Pour le réseau d’appui aux personnels et aux structures : Jean-LouisROUSSEL

L’UNSA était représentée par Claire Latil, Gwendoline Prosper.

Ordre du jour :
1- Approbation du PV du CT précédent
2- Point d’actualité relatif à l’activité de la formation continue pendant la crise sanitaire et perspectives pour la fin de l’année 2020
3- Présentation du projet de la note d’orientation triennale de la formation continue 2021-2023
4- Point d’actualité relatif au compte personnel de formation (CPF)
5- Questions diverses

 

Réponses de l’administration aux déclarations liminaires :

  • sur le devenir de l’INFOMA : Un nouveau ministre est arrivé depuis peu de temps, il n’a pas encore pris position concernant l’INFOMA, rien n’est décidé à ce stade.

  • sur les formations métiers dans le cadre de la fusion des secrétariats généraux : seule la partie pratique de la formation sera mutualisée, les formations métiers continueront d’être gérées par les supérieurs hiérarchiques des agents.

---
1- Approbation du PV du CT précédent :
Aucune remarque n’étant formulée, le PV est approuvé à l’unanimité.

2- L’activité de la formation continue pendant la crise sanitaire et perspectives pour la fin de l’année 2020

  • - pour l’enseignement agricole : Agrosup Dijon a été beaucoup mobilisé avec les dispositifs de classes virtuelles pour les enseignants. 34% des formations continues réalisées / 24% annulées / 42% à reprogrammer. Taux de formation sur le second semestre 2020 : 107%.
    La rentrée risque d’être chargée, les reports sont donc limités sur le second semestre. Séminaire innovation pédagogique : décalé à l’année prochaine (2021).

  • pour INFOMA : 40% de formations réalisées / 41% à reprogrammer / 19% annulées / 23% en offre à distance / prévision 2nd semestre : 100%

Une vingtaine de e-formations existait sur le catalogue : elles ont été prises d’assaut durant le confinement, ainsi que la classe virtuelle. Cela a permis de mettre en lumière un public totalement délaissé jusqu’à présent : les agents ne pouvant pas se déplacer (notamment en situation de handicap).


Plus de 50 classes virtuelles ont été mises en place entre avril mai et juin. Cette méthode sera à coupler avec
le présentiel :

  • Pour l’ENSV : Report important des formations sur le second semestre (notamment pour les formations métiers Services Déconcentrés et abattoirs)

  • Formations « Label égalité – diversité » :
    Sur le 1er semestre 45 formations étaient programmées, 14 ont eu lieu avant le confinement, 9 ont réussi à se faire en distanciel pour l’administration centrale. Elles ont pu se faire grâce aux outils Zoom et Teams.
    387 stagiaires et 201 agents formés sur le 1er semestre.

  • Formation « Agir face au COVID-19 en e-learning » mise en place en urgence
    Objectif : développer une culture de la sécurité au sein du MAA dès la reprise.
    Pour les agents SST il s’agit de savoir comment agir face à un agent en détresse. Cela se fait en collaboration avec les pompiers. Ce dispositif est important, notamment pour la rentrée en septembre pour les AE.

  • Perspectives : réflexion à conduire pour intégrer la e-formation dans l’offre de formation du Ministère. Plus d’informations en novembre, les travaux seront plus avancés. La DGAFP va publier un cahier des charges d’usages de la e-formation. Elaboration d’un marché interministériel « accompagnement à la digitalisation de
    la formation » porté par le MEN.

    A construire pour le MAA : une doctrine sur l’utilisation des outils de communication à distance.

Pour l’UNSA : La crise que nous venons de traverser a mis en lumière une catégorie de personnels que l’éducation nationale nous envie, ce sont les acteurs du numérique dans les établissements les TFR IBA et enseignants TIM. Certes les conseils régionaux ont mis en place les ENT, mais ce ne sont pas eux qui sont venus en appui aux acteurs pour assurer la continuité pédagogique, ce sont bien les TIM et IBA.

 

Un baromètre social sera lancé à l’automne, une partie des questions sera dédié aux remontées des agents.

Pour l’UNSA : Il nous semble fondamental de revenir vers les usagers pour faire remonter leur vécu, quelle que soit leur affectation (SD, enseignement, administration centrale...), on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait un baromètre spécial COVID.

 

- Les enjeux enseignements :
Bien faire la différence entre l’usage de l’outil et l’usage pédagogique de l’outil. Les TIM TFR ont été de précieux collaborateurs pendant la crise, notamment par le canal SOS de la plate-forme Accoustice.
L’idée est de faire du « présentiel augmenté » : présentiel complété par le distanciel. Cela fait partie intégrante des réflexions sur l’offre de formation des enseignants.


3- Présentation du projet de la note d’orientation triennale de la formation continue 2021-2023
Cette note vise à expliciter et hiérarchiser les différentes thématiques des formations continues. A noter que la première priorité est la transition écologique. Pour l’enseignement agricole, voir les formations proposées autour du plan « Enseignement à produire autrement 2 ».
La seconde priorité : la transition numérique et l’utilisation des outils, puis la fonction managériale, l’évolution et la transition professionnelle, et enfin l’évolution de la gestion des ressources humaines.

4- Point d’actualité relatif au compte personnel de formation (CPF)

  •  Rappel CPF :

- il permet la mobilisation de 150 h de formation maximum par agent (400 h pour les catégories C), prioritairement sur le temps de travail.
- il permet une prise en charge des coûts pédagogiques par le MAA à hauteur de 3.500 euros maximum par agent.
- portabilité des droits du CPF si passage dans le secteur privé ou dans le secteur public
- un agent qui travaille dans les deux secteurs active ses deux compteurs.

  • Deux campagnes par an : Bilan du premier semestre 2020

Pour des formations qui débutent en septembre 2020 : 57 dossiers examinés.

36 dossiers acceptés, 21 dossiers refusés. Nombre d’heures mobilisées en moyenne : 103h30min
Coût pédagogique moyen pris en charge : 2408 euros.

Répartition Femmes/Hommes :
- dossiers déposés : 44% hommes et 56 % femmes
- dossiers acceptés : 56% femmes et 44% hommes.
Répartition par Structures : la majorité des dossiers déposés : agents en EPL (42%), puis DRAAF (23%),
enseignement privé (10%), 25% DDI. 75% des agents appartiennent à la catégorie A. Les agents en catégorie C sont prioritaires.

Dossiers acceptés :
- reconversion vers le secteur privé
- préparation concours
- VAE
- formation linguistique
- formation pour obtention un diplôme national.
Dossiers refusés :
- incomplets
- refus hiérarchique
- projet professionnel mal défini
- activités accessoires

Question UNSA : Bilan compétence et CPF : des agents nous ont alertés sur le fait que leur demande de prise en charge de bilan de compétence – même partielle – avait été impossible dans le cadre de leur CPF.
L’administration indique que cela est possible si le projet professionnel est bien défini.

Réponse pour le moins étonnante, quand on connaît les raisons des agents qui souhaitent faire un bilan de compétences : redéfinir un nouveau projet professionnel..
Il est inacceptable que des agents doivent financer sur leurs deniers personnels leur bilan de compétence. La réorientation professionnelle dans notre ministère reste le point aveugle de la politique de formation.

syndciat IAE

syndicat TSMA